Apnées du sommeil et Ronflements

Description

L’apnée du sommeil, une maladie méconnue pourtant fréquente, environ 12% des adultes en souffrent. Elle se définit par des pauses respiratoires pendant le sommeil pendant 10 à 30 secondes qui peuvent se répéter dans la nuit 10, 100, 500 ou même 1000 fois chez les personnes âgées.

Par ailleurs, le ronflement est l’une des manifestations de cette maladie mais peu de personnes y prêtent attention. Avant d’entrer dans le vif du sujet, il est important de savoir qu’il existe deux types d’apnées du sommeil, le premier est l’apnée obstructive qui est la plus répandue. Ensuite il y a l’apnée centrale, dans ce cas c’est le cerveau qui commande l’arrêt respiratoire et enfin il y a l’apnée mixte qui est la manifestation des deux types d’apnées en même temps.

Les symptômes

Malheureusement, quand le patient est atteint d’une apnée de sommeil, celui-ci ne se rend pas compte immédiatement du mal qui lui arrive. En tout premier, le ronflement doit être un signe flagrant de cette maladie. En effet, pendant le sommeil, la personne subit un rétrécicément des voies aériennes supérieures, ce qui entraine une circulation de l’air plus difficile et une vibration de l’air dans les voies aériennes d’où le ronflement. A part le ronflement, d’autres symptômes peuvent alerter le patient de l’apnée du sommeil.

Au réveil, il arrive qu’il ressente une sensation de fatigue et une bouche sèche. Dans les cas plus avancés, la personne souffre de migraines matinales. Ensuite, pendant la journée, le sujet perçoit un manque d’énergie mais surtout une fatigue et une somnolence. La somnolence peut arriver pendant toute la journée ou après le déjeuner. Mais il y a aussi le manque de libido, sans oublier une difficulté à se concentrer suivi de pertes de mémoires.

Pendant la nuit, l’apnée du sommeil est marquée par des levers fréquents pour aller uriner pendant mais également par des sensations d’étouffements. Le sommeil des personnes atteintes de cette maladie sont souvent agités et ils sont régulièrement victime de sueurs nocturnes. Des signes physiques peuvent persister aussi lorsque le sujet n’est pas traité. Tout d’abord, le tour de cou des hommes supérieur à 17.5 et plus de 15 chez les femmes peut être un signe de l’apnée du sommeil. Ensuite, les personnes malades ont souvent une pression artérielle élevée obligeant le traitement avec plusieurs médicaments et la tension artérielle est plus élevée le matin que l’après-midi.

EXEMPLE DE QUESTIONNAIRE DIAGNOSTIC

Le Diagnostic

Lorsqu’une personne ressent les symptômes de l’apnée du sommeil, il doit tout de suite consulter son médecin qui à son tour l’enverra chez un ORL spécialiste du sommeil. En effet, ce dernier va faire passer au patient des examens pour étudier son sommeil afin de pouvoir le diagnostiquer.

Cependant, lors du test médical, le spécialiste va mesurer le degré de l’apnée du sujet. Divisé en plusieurs degrés, l’apnée est mesurée par le nombre d’arrêts respiratoires ou par le nombre de respirations superficielles par heure de sommeil (IAH). L’IAH de 5 à 15 est diagnostiqué comme légère, mais lorsqu’il est supérieur à 30 l’apnée obstructive du sommeil ou AOS est jugée sévère.

EXAMEN CLINIQUE TROUBLES DU SOMMEIL

Les Traitements

Il existe différents traitements pour soigner l’apnée du sommeil mais il est varié selon la sévérité des apnées. La première alternative est le débouchement nasal ou l’opération des amygdales qui peut se faire chez l’ORL.

Il y a aussi l’utilisation de l’appareil PPC (Pression Positive Continue), pour les cas les plus graves, qui va délivrer un débit d’air à pression continue qui garde les voies respiratoires ouvertes.

Enfin, il existe aussi des appareils plus simples comme l’orthèse anti ronflement (OAM) qui va faciliter la respiration du patient pendant la nuit.

Exemple d’Orthèse d’Avancée Mandibulaire

oam flex

Pose D’Orthèse

orthèse d'avancée mandibulaire

Mode d’action de l’OAM (Orthèse d’Avancée Mandibulaire)

  • L’OAM possède plusieurs mécanismes d’action :

Par propulsion, la mandibule vers l’avant et par étirement des structures musculaires qui y sont insérées. La stabilisation de la mandibule permet de protéger l’articulation temporo-mandibulaire puisque l’on respecte l’axe de propulsion du patient et aucune contrainte ne s’exprime sur le système.

Action à tous les niveaux du collapsus pharyngé, augmentation du calibre pharyngé et de l’activité des muscles dilatateurs du pharynx, en particulier du muscle génioglosse.

mode d'action OAM

Confort/Efficacité

  • 30% des patients traités par PPC arrêtent leur traitement à 6 mois
  • 50% des patients traités par PPC arrêtent leur traitement à 5 ans
  • 90% des patients à 5 ans continuent leur traitement par OAM (Orthèse d’Avancée Mandibulaire)